Apprendre une langue, c’est simple comme bonjour. Ou good morning. Ou buenos días. Ou…

31 janvier 2019
On vous l’a dit sur tous les tons : « Utiliser une langue, c’est tout simplement transformer vos idées en sons, et des sons en idées ».

Diantre, mais c'est facile !

1. L'anglais. La langue de Shakespeare est souvent considérée comme l’une des plus simples du monde : pas de déclinaisons, pas de féminin, de masculin ou de neutre.
Un –S à la troisième personne du singulier pour conjuguer au présent, une terminaison en  –ED pour le passé (à quelques exceptions près) et un « will » pour signifier le futur. Même si les langues ne sont pas votre cup of tea, l’anglais est un jeu pour les kids !
 
2. L'espagnol. L’espagnol et le français sont des cousins : le vocabulaire, les conjugaisons et la syntaxe sont donc relativement simples à saisir et à retenir. Et les bonnes raisons d’entretenir son vocabulaire espagnol ne manquent pas : les plages de la Costa del Sol, le soleil permanent des Canaries, la vue depuis le Machu Picchu, le prof de tango argentin… ¡Olé!
 
3. L'italien. Ah, le chant des voyelles, et le roulement des « -r », la Rome éternelle, les gondoles à Venise, les pizze du vendredi soir, le ristretto, le Spumante… Si l’italien vous paraît plus proche encore du français que l’espagnol, c’est sans doute parce que vous le savourez avec délice au quotidien et que vous le fredonnez sans le savoir. Ah, Eros… 

Fichtre, c'est complique !

1. Le chinois mandarin. Le mandarin ne comporte pas d’alphabet, mais des milliers de caractères, ou sinogrammes. Les reconnaître, c’est bien, les prononcer, c’est autre chose ! Car le chinois est une langue à quatre tons : haut, bas, montant et descendant. L’art consiste à utiliser le bon ton, sans insulter (mà) votre mère (mā) en la traitant de cheval (mǎ) !
 
2. L'allemand. Avec ses trois genres, ses déclinaisons, ses suites de consonnes et ses mots composés, il fait partie des langues européennes les plus compliquées ! Essayez Geschwindigkeitsbegrenzung, mais ne vous sauvez pas trop vite ! D’abord parce que ce mot signifie « limitation de vitesse », ensuite parce que la langue de Goethe regorge de subtilités fascinantes.
 
3. Le danois. Proche de l’allemand, le danois possède un système de conjugaison et de déclinaison plutôt simple, et des mots (beaucoup) plus courts, mais une prononciation de djævelen (diable) ! Retrouver les consonnes manquantes dans une conversation (et oublier les consonnes à votre tour), c’est monnaie courante à Copenhague !

 

Envie de vous lancer ? ElaN Languages s’engage à vos côtés !