Farouk Al-Hasbani : un coach linguistique qui a une mission

4 mars 2020
Nos formateurs en langues. Nous les considérons tous comme les ambassadeurs d'ElaN. Ils sont en effet en contact direct avec nos élèves et donnent un contenu à nos formations. Le Syrien Farouk Al-Hasbani est l'un d'entre eux. Un homme avec un parcours particulier et une histoire impressionnante.

Professeur de français au lycée. Titulaire d'un doctorat en littérature française. Fondateur d'une école de langues et professeur de français à l'Université de Damas depuis 2011. La carrière et la vie de Farouk en Syrie étaient toutes tracées. Jusqu'à ce qu'il doive fuir la violence de la guerre en 2016. Il s'est retrouvé à Kessel-Lo avec sa femme et ses deux enfants après de longues errances.

Chaque formation est différente

Reprendre le fil de sa vie en Belgique n'a certes pas été facile. « Je suis très heureux qu'ElaN Languages m'ait offert la possibilité de donner des cours de langues. » Dans l'intervalle, cela fait maintenant 5 ans que Farouk officie comme professeur pour ElaN. « C'est un travail que j'apprécie beaucoup. Je suis satisfait de voir que mes élèves font des progrès en français. » Farouk enseigne à des personnes qui possèdent les profils les plus divers, d'un responsable de la sécurité à un représentant. « Cela nécessite invariablement une approche sur mesure. En plus de la grammaire et du vocabulaire classiques, je leur enseigne des phrases et expressions clés en français dont ils auront besoin dans leur travail. »

Exploiter les centres d'intérêt

Farouk aime jouer du luth et adore se plonger dans les œuvres de ses auteurs préférés, Victor Hugo et Gustave Flaubert. En outre, il tient compte autant que possible des centres d'intérêt de ses élèves, afin que ses cours restent passionnants. « La semaine dernière, un élève m'a interrogé sur l'histoire du roman classique de Gustave Flaubert « Madame Bovary ». La fois suivante, j'ai décliné ma leçon sur ce thème. C'était un peu comme si Emma Bovary était assise parmi nous (rires). Une autre fois, j'ai appris à un passionné de vélo toutes sortes de termes relatifs au cyclisme. »

Loin de la Syrie

En tant qu'enseignant et professeur, Farouk jouissait d'un certain statut en Syrie. « Je pouvais ainsi aider d'autres personnes. Je soutenais des jeunes qui voulaient étudier et j'avais mis en place un projet pour aider les chômeurs à trouver un emploi. » En Belgique, il n'est pas non plus en reste. Farouk est bénévole et il organise des soirées d'information sur la Syrie. La semaine prochaine, un livre de sa main sera publié, « Loin de Syrie ». Il y parle de la situation humanitaire dans son pays et montre ce que la guerre fait aux hommes. « La Belgique m'a donné la chance de me construire une nouvelle vie. C'est ma façon à moi de remercier ma seconde patrie. »